Artiste Peintre Bordelaise

Dossier de Presse

Télécharger
La vie et l’œuvre de Laurence PERIN PDF.
Document Adobe Acrobat 1'001.1 KB

La vie et l’œuvre de Laurence Perin

Née à Floirac en Gironde le 20 décembre 1966, Laurence Perin est issue d’un milieu modeste où personne ne s’adonnait aux beaux-arts. Elle suit une scolarité normale, mais a conscience dès son plus jeune âge qu’elle ne veut pas faire de longues études car elle veut très vite plonger dans la vie active et gagner son indépendance financière. La jeune Laurence passe son temps à dessiner, sur des cahiers, des bouts de papier, des coins de table et va même à l’âge de 12 ans peindre pour son collège, une fresque d'une reproduction de Picasso.

Ses professeurs se rendent compte qu’elle a de grandes facilités à reproduire des images et la poussent à intégrer le Lycée Toulouse Lautrec de Bordeaux (1983), pour y suivre un enseignement d’art graphique.

Ses études terminées, elle décide de partir pour Paris et travaille en temps que graphiste publicitaire.

Très vite elle se rend compte qu’elle n’est pas faite pour la vie dans un bureau et que la lumière des néons la déprime.

 

 

Artiste peintre autodidacte

 

Artiste peintre autodidacte, elle est dotée d’une âme voyageuse qui la rend avide de soleil et d’horizons lointains.

Elle veut parcourir le monde. Durant dix années, elle pose ses valises ici et là, et de ses nombreux voyages et rencontres, elle trouve ses sources d’inspirations.

C’est au travers des séries américaines que naît sa passion pour le nouveau monde. Elle veut fouler cette terre de liberté.

Son premier objectif est donc de découvrir l’Amérique.

Laurence s’envole dans un premier temps pour les Antilles et s’installe à Fort de France en Martinique où elle rejoint une équipe chez Geremy Obdet, agence de publicité. Cette fois encore, le travail en bureau l’étouffe, elle manque d’air alors que deux continents mythiques et des centaines d’îles sont à portée de main. Baluchon fait passeport et visas en poche, elle embarque sur un voilier direction l’Amérique du Sud. C’est le début d’une nouvelle aventure et la découverte d’une nouvelle passion : la voile.

Débarquée sur l’île de Margarita, elle rejoint plus tard le continent et s’aventure en bus, taxis, stop et cheval en Guyane, au Venezuela jusqu’à la Cordillère des Andes en Colombie.

De retour en Martinique, elle travaille comme équipière et hôtesse pour des compagnies de charters de voiliers. C’est l’occasion pour Laurence d’explorer chacune des îles de l’archipel et de profiter de ses jours de congés pour découvrir celles qui ne font pas partie de ses itinéraires.

De ses pérégrinations, Laurence tire des enrichissements personnels et une toute nouvelle philosophie de la vie. Il faut dire que durant cette période, les rencontres avec des gens venus de tous horizons et de tous milieux sont nombreuses, et si Laurence ne brillait pas en langues vivantes durant sa scolarité, très vite elle maîtrise l’espagnol, l’anglais, le créole ainsi que ses petites variantes francophones et anglo-saxonnes.

Son bagage linguistique lui permet d’accepter un nouveau travail durant un an, celui d’interprète et hôtesse particulière pour un richissime homme d’affaires américain sur l’île de Sainte Lucie.

Toujours désireuse de découvrir davantage, Laurence saute sur l’occasion lorsqu’elle rencontre au cours d’une course de voiliers à Antigua l’équipage bordelais du Rocco.

Ce dernier la déposera à Saint Martin où elle travaille comme barman pendant quelques mois au « bar de la mer » à Marigot où elle fait la connaissance de son compagnon Jimbo l'Américain, ils ouvriront tous deux leur propre bar restaurant Tex Mex, le « Jimbo Lolo » à Grand Case.

C’est au cours de cette expérience que Laurence reprend ses crayons et ses pinceaux pour réaliser elle-même la décoration de son restaurant ainsi que le logo, les menus et les tee-shirts…..

Amie et cliente du restaurant, Vitoria artiste peintre ancien professeur d’art plastique à Chicago va donner un autre sens à sa vie, et surtout une autre tournure artistique que par le passé. Vitoria lui enseigne de nouvelles bases et différentes techniques et développe sa créativité. Huile, pastels, aquarelle, gouache…C’est l’acrylique qui déterminera définitivement la peinture de Laurence Perin. Son travail est tout sauf simpliste, il devient le résultat d’une rencontre, la toile sert d’arène et le tableau d’événement.

De pinceaux en tableaux, Laurence Perin s’aventure au festival de Jazz à la nouvelle Orléans et à New York, mais très vite l’appel du large la rattrape. Il est temps pour elle de refaire ses bagages et d’aller vers de nouvelles aventures laissant à son compagnon plus carriériste la gestion de leur établissement qui tourne à merveille.

L'envie de repartir à l'école de la vie et le hasard d'un tir aux fléchettes sur une mappemonde géante décideront de son sort. La flèche se perd au beau milieu de l’océan Pacifique vers les îles Hawaïennes, qu’à cela ne tienne, elle relève le défi, mais à une condition : traverser tous les pays qui les séparent.

La traversée des states

 

Laurence achète un van en Floride et retrouve par hasard une vieille amie Toni qui travaille sur Miami Beach. Celle-ci séduite par son projet de voyage, elle décide de la suivre, quitte son job et se débarrasse rapidement de quelques babioles. Ensemble, elles traversent onze états en passant par le nouveau Mexique qu'elles aimeront plus que tout. Logées chez l'habitant au fil de leurs rencontres, elles passeront plusieurs mois à découvrir le continent qui avait tant fait rêver Laurence. La découverte du nouveau monde et de ses grands espaces donnera naissance à un livre bien plus tard.

Au fil de ses rencontres, celle avec un artiste follement sympathique l’entraînera dans l’univers des toons à Los Angeles. Cette expérience unique l’amène à travailler avec un dessinateur de la Warner Bros et vendre quelques cartes postales qu'elle a peint sur Océan Drive.

Malheureusement un événement la contraint à rentrer en France et elle doit abandonner son Van à ses amis qui en prendront soin jusqu'à ce qu'elle revienne le chercher un an plus tard.

Le temps est passe et il faut repartir au travail, de retour sur l'ile Saint Martinoise, Laurence ouvre un second restaurant à Grand Case « lez arts café » qui devient sa première galerie.

Toutes ses créations s’arrachent, Laurence prend de l’assurance et de la maturité.

Un heureux événement arrive, c’est le temps de la grossesse, le temps d’être maman. C’est le moment de prendre des vacances et de se poser, au Mexique, pourquoi pas !!

De nouvelles idées germent dans sa tête, Nikita son fils vient au monde et Laurence se lance dans la création de l’ « AFFICHE », une composition artistique et commerciale réunissant les meilleurs divertissements et commerces de l’île, un vrai succès.

Nikita a un an, l’heure du retour dans sa région natale a sonné, elle rentre pour élever son enfant seule. Si le temps de l’aventure est provisoirement abandonné, une nouvelle vie attend Laurence Perin, et même si son désir de liberté et d' indépendance reste intacte, elle a pris le chemin de la stabilité pour rétablir l'équilibre de sa vie de maman.

Laurence tente l’AFFICHE à Lacanau, puis l’Affiche « the best of Bordeaux », quelques logos dont un pour le restaurant « le nulle part ailleurs » de Zidane et Dugarry.

 

« Ce sont mes zèbres qui m'ont fait vivrent de l'art pendant longtemps ».

C’est là que Laurence connaît un vrai succès avec ses fameuses toiles d’animaux, « les Zèbres ». Pendant des années, elle les vendra par centaines, aux professionnels sur le salon Maison & Objet.

Elle utilise son savoir et son énergie à créer sans relâche de nouveaux tableaux et explore un maximum d’univers pour ne jamais se lasser. C’est au travers de différentes expositions qu’elle découvre Klimt et subit son influence. Comme Klimt, elle aime avant tout donner de la couleur à ses œuvres. « j’imagine chaque toile dans mon intérieur, parfois elle prend forme instantanément, d’autres fois elle reste contre un mur dans mon atelier ou accrochée jusqu‘au jour ou elle sera transformée totalement ».

 

Galerie Villa Mandarine à Bordeaux et Barbizon

Sur les conseils de son mari scientifique, Laurence doit avoir un contact direct avec la clientèle. Elle décide de réunir des artistes au sein d’un même atelier afin de partager un projet et une passion commune. C’est la naissance de la « Villa Mandarine » à Bordeaux en juillet 2005. 4 artistes d’influences différentes dans un même atelier était une véritable utopie , cette expérience ne durera qu’un temps.

 

En 2007, Laurence ouvre dans la forêt de Fontainebleau une galerie dans le village de Barbizon, célèbre pour sa grande école des impressionnistes, avant de reprendre seule la Villa Mandarine du quartier ST Seurin en 2008, vivant sa passion en toute liberté.

 

Trois années passent, nous sommes en 2011 et Laurence Perin ouvre une toute nouvelle galerie avenue d’Arès, près des boulevards.

Dans son atelier-galerie, elle travaille, rencontre les gens et partage sa passion avec toujours autant de ferveur. Cette caverne d’Ali Baba abrite de vrais trésors, des tableaux d’animaux, de l’art abstrait, du pop art, de l’art figuratif, des tableaux sur le thème du vin et sur la ville…

Des petits tableaux, des toiles xxl ou bien des tableaux personnalisés, il y en a pour tous les goûts et surtout pour toutes les bourses car Laurence se bat contre la baisse du pouvoir d’achat et les copies chinoises qui envahissent le marché de l’art français.

 

Véritable passionnée de peinture, cette artiste autodidacte et bohème, vous l’aurez compris, n’est pas comme tout le monde. Elle évolue dans des univers très différents et sa peinture est difficilement qualifiable. Son inspiration prend naissance dans tout ce qui l’entoure, l’environnement, l’actualité, les images, les tendances et aussi les suggestions de son entourage et de ses clients.

 

Elle n’appartient à aucun mouvement artistique, elle ne doit rien à aucun héritage, et même si comme tout artiste, elle a subi des influences, elle peint l’histoire de sa vie.

 

I do it studio : des œuvres uniques et personnalisées par une artiste confirmée, à des prix atelier, sans commission de galerie.

Pour les fêtes de fin d’années, pour vos cadeaux, pensez à commander vos tableaux sur mesure à l’avance (délai de 1 à 3 semaines).

 

Contact presse : I do it studio

Catherine Haim www.i-do-it-studio.com

cathhaim@numericable.fr web galerie d’art by Laurence Perin

0620688866

 

 

Atelier-galerie VILLA MANDARINE – 15 avenue d'ares – 33200 BORDEAUX